Prochaines ouvertures Órleans
Prochaines ouvertures Amsterdam
Prochaines ouvertures Warsaw
Prochaines ouvertures Phnom Penh
Book Your Stay With Us

Thierry d’Istria
8 questions à notre Designer Tribe Paris Batignolles

DESIGN GLOBAL
  • Date

    11.09.2020

  • Share

Thierry d’Istria est un Designer français. Il travaille pour l’hôtellerie, des magasins, restaurants et conçoit lui-même du mobilier. Avec une approche unique sur l’association des matériaux, couleurs et détails de conception, Thierry a créé une série d’espaces sophistiqués et inspirants pour Tribe Paris Batignolles.

RIEN N’EST LAISSE AU HASARD

“Aucun détail n’est laissé au hasard, pour raconter une histoire en décalage avec les codes habituels et pour que chacun choisisse l’espace qu’il désire, et se sente inspiré.”

Thierry d'Istria
Pouvez-vous nous en dire plus sur le processus de création d’hôtels comme Tribe au niveau Design d’intérieur?

Tribe c’est du Design global. On doit penser à tout dans un ensemble et y donner du sens. Et pour cela on part d’une dalle en béton et d’un espace brut. Pour mon métier, c’est génial.

Je pense réellement que de nombreux hôtels que l’on dit Lifestyle se bricolent de A à Z en chinant des objets et en recrutant une équipe jeune.

Tribe est un concept bien plus sophistiqué. D’un espace brut il faut réussir à raconter une histoire qui provoque des émotions, qui fait réagir nos visiteurs qu’ils soient experts en Design ou non. Et cela passe par un équilibre entre les espaces, les éléments qui les délimitent et les objets qui décorent l’ensemble.

Le Social Hub est une succession de zones toutes différentes aux ambiances spécifiques mais qui doivent. Chaque espace est séparé par des bibliothèque, un bar, un canapé, des objets designs iconiques. Toute personne doit être libre de choisir le lounge qu’il désire et laisser son regard s’égarer et être inspiré. Des objets choisis à ceux que l’on crée ou que l’on fait créer, rien n’est laissé au hasard pour raconter une histoire en décalage avec les codes habituels. Tribe n’est pas un musée du Design. On doit être sur des objets iconiques mais pas déjà vu.

D’où vient votre inspiration pour le projet de la tribu Paris Batignolles?

Lorsque j’ai visité le Tribe de Perth en Australie, j’ai rapidement compris les codes de la Marque. Mais je me suis tout de suite mis la pression car je devais faire différent tout en respectant les nombreux codes de la Marque. Chaque Tribe doit avoir sa « Vibe », son esprit. C’est ça qui est excitant pour chacun sur chacun des projets.

Pour Tribe Paris Batignolles, on est parti des contraintes. C’est une rénovation donc l’espace est contraint et non pas brut comme pour une construction neuve. Il a donc fallu jouer avec les matériaux pour habiller et construire l’ensemble.

Pour le Social Hub, on s’est d’abord attaqué au plafond pour bien travailler l’acoustique du lieu. On a joué sur des matières venant du Design industriel et de bureau mais on les a teintés pour les transformer pour un rendu chic et innovant. On y retrouve par exemple des lames métalliques perforés de chez Armstrong peintes en cuivre métallique.

Nous y avons ajouté 2 systèmes lumineux pour rendre l’espace photogénique à souhait. Tout d’abord nous avons des jeux de Leds pour permet de valoriser des objets comme dans un musée. Pour l’ambiance, nous avons ajouté un système de tube dessiné chez FLOS qui propose 3 possibilités de luminosité pour éclairer et valoriser le plafond. Le résultat est spectaculaire.

Il y a dans les chambres de Tribe Perth de grandes fenêtres. A Batignolles les fenêtres sont plus petites donc il a fallu être inventif en intégrant des miroirs de chaque côté. Ce jeu agrandit la pièce dès qu’on y rentre. On a l’impression de se perdre dans l’espace. Le soir venu, il suffit d’un Store noir pour se retrouver dans son cocon.

“Je me suis tout simplement entouré des membres de ma tribu, d’amis créatifs qui ont la même philosophie que moi dans le travail. Que j’admire pour leur savoir-faire et leur capacité à challenger le statuquo.”

Thierry d'Istria
Peux-tu nous en dire plus sur les collaborations que tu as faites pour Tribe Paris Batignolles? Qu’est-ce qui a motivé tes choix?

Je me suis tout simplement entouré des membres de ma tribu, d’amis créatifs qui ont la même philosophie que moi dans le travail. Que j’admire pour leur savoir-faire et leur capacité à challenger le statuquo. On a tout le talent en France pour insuffler dans un Tribe ce décalage créatif que le grand public ne connaît pas forcément.

Ionna Vautrin est une illustratrice mais avant tout une spécialiste en Design industriel. J’aime les gens qui ont des doubles casquettes. Elle a développé pour les chambres Tribe des illustrations exclusives dans son esprit hyper coquin. Quand c’est une parisienne qui dessine ce genre de croquis, ça sonne bien. Ses œuvres seront également disponible sur des cartes postales en bois « Eco friendly » dans l’hôtel.

Dans chaque chambre on retrouve également une sculpture d’Ours de chez Moustache dessinée par Benjamin Gradoche. Moustache a ligne éditoriale hyper créative, toujours étonnante et collabore avec des Designers incroyables hors des codes traditionnels. Ces ours sont en Série limitée avec une application graphique spécifique à Tribe Paris Batignolles.

La société de luminaire ARPEL avait dans ces projets un concept de luminaires très inspiré des années 80. J’ai poussé François-Xavier Ballery pour finaliser ce produit pour Tribe. Les deux premiers de la série, on peut même parler de prototype, sont donc visible dans le Social Hub.

Nous avons créé une gamme de fauteuils et un système d’étagères en collab avec SOCA : nommée SKANE en hommage à une région de la suède, ce sont des pièces sobres mais spectaculaires, tout à fait dans l’esprit Tribe.

Quel a été le plus dur challenge à relever? Et le plus excitant aussi?

L’univers Tribe se construit minutieusement par une succession de détails. Chaque élément constitue une partie de l’histoire que l’on veut raconter. Le plus gros challenge est de garder le fil de cette histoire dans l’enchaînement des espaces. Il ne faut rien lâcher, toujours se challenger. Beaucoup de ces détails ne sont pas perçus au premier regard par nos visiteurs. Mais cela aide à l’ambiance globale du Social Hub. Inconsciemment ils vont ressentir l’effort réalisé pour les recevoir. Et c’est ça que j’aime le plus.

Avez-vous toujours su que vous vouliez être designer?

Petit je ne savais même pas que c’était un métier. Je me souviens de moments, de flashs qui m’ont révélé cet univers.

J’ai grandi dans un univers créatif et j’ai toujours dessiné. Mon père ingénieur dessinait tout le temps et faisait des expositions de ses œuvres au feutre.

Vers l’âge de 7 ou 8-9 ans, mes parents m’ont emmené à la fondation Vasarely à côté d’Aix en Provence. J’ai été sidéré par sa créativité et son inventivité esthétique. Je considère cette visite comme un point de départ pour ma passion.

Un autre moment qui m’a marqué a été la découverte du Design d’une chaîne Hifi Bang Olufsen dans les années 80. C’était dingue et novateur. Ce sont des chocs visuels dont on se souvient et qui inspire pour une vie entière.

A l’age de 15 ans je me suis mis en Corse à dessiner mes propres planches de surf et windsurf. Ça devenait une évidence pour moi. Dessiner, mais avec des contraintes, est devenu une passion avec pour but ultime de terminer avec un objet aux finitions parfaites à mon goût.

J’ai ensuite intégré une école de Design Industriel. 15 jours après la rentrée, j’ai su que c’était ma voix.

Bien sûr, je vous raconte cela mais on se rend compte après des flahs qui vous marquent.

Si vous n’étiez pas designer, que seriez-vous?

Astrophysicien ou cinquième membre du groupe New Order.

De quel projet ou conception êtes-vous le plus fier dans votre carrière?

Le ou les prochains. J’ai une adoration pour les voyages dans le temps.

Y a-t-il de nouveaux designs innovants sur lesquels vous travaillez actuellement?

Pour vous mettre dans la confidence, nous travaillons sur le Design d’un petit luminaire pour les prochains Tribe avec la société ARPEL. Les codes et le nom promettent de vous surprendre… A suivre je ne peux en dire plus à ce stade.

Informations Coronavirus, cliquez-ici.